Armée Cantonale Fribourgeoise

Sicut Aquila
 
AccueilS'enregistrerConnexion
N'oubliez pas nos règles : pointage au moins une fois tous les 3 jours (c'est ici) et intégration en permanence dans le groupe de votre bataillon (Liste des bataillons ici)!!!
L'armée t'intéresse? Vois ce que signifie être soldat de l'ACF
Bienvenus à la caserne de Sicut Aquila, l'Armée Cantonale Fribourgeoise

Partagez | 
 

 Réforme de l'armée et textes adjoint à la charte.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Saan
Honorable Lieutenant-Général
Honorable Lieutenant-Général
avatar

Nombre de messages : 1428
Date d'inscription : 07/08/2007

MessageSujet: Réforme de l'armée et textes adjoint à la charte.   Sam 2 Oct - 23:57

Citation :
Reforme de l'Armée Cantonale Fribourgeoise

1. Du rôle de l'armée
:

1° La défense du canton souverain de Fribourg et de ses citoyens ;
2° La défense de la confédération tant que ça ne comporte aucun risque pour le canton souverain de Fribourg ;
3° L'escorte des marchands ambulants fribourgeois ;
4° Éventuellement l'escorte de notable de la ville dans des missions de diplomatie dans des zones à risque ;
5° La chasse de brigand non seulement sur le territoire du canton souverain de Fribourg mais aussi dans toute la confédération helvétique.
6° D'éventuel attaque à l'étranger voire en confédération même selon le niveau de menace.
7° Il existe aussi bon nombre d'autre mission comme des missions de surveillances, mais que je considère comme mineur et ne figurant donc pas dans les rôles principaux de l'armée.

2. Des rapports avec l'avoyerie

1° L'avoyer(e) est le commandant supérieur de l'armée ;
2° L'avoyerie ne peut ordonner des missions, uniquement, dans les rôles cité au point 1, c'est à dire tout ce qui touche à la vie militaire de la ville.
3° Il a souvent été question d 'envoyé des soldats, comme marchand ambulant, il est bien sûre or de questions que les officiers ordonnent cela.
3.1° cependant un soldat peut aller faire le marchand ambulant sur base de volontariat, uniquement en période de paix et sur autorisation de son supérieur hiérarchique.
4° Le Lieutenant Général est et doit rester le seul conseiller militaire de la ville.
5° l'avoyer(e) doit avoir un pouvoir de décision au sein de l'État Major de l'armée et avoir le dernier mot, bien sure uniquement sur les matières militaires.
6° Le Lieutenant Général peut refuser un ordre de l'avoyer(e) si celui ci représente un danger pour le canton souverain de Fribourg, ainsi que pour la Confédération Helvétique, il doit impérativement avoir le soutien de l'État Major de l'armée, ainsi que le soutien des membres du conseil exécutif, de préférence le conseil qui eut fonction durant la législature précédent le mandat litigieux.
7° L'avoyer(e) peut limoger un Lieutenant Général, uniquement avec le soutien de l'État Major de l'armée et en désigner un nouveau, uniquement avec le soutien de l'État Major en fonction.

3. Des critères de promotions :

Hormis les secondes classes, tous soldats ne sera promut que sur accord de l'État Major. Voici les critères :

1° Avoir participé à des missions au sein de l'armée
2° Faire preuve d'une grande régularité dans les pointages et autres rapports quotidiens
3° Faire preuve d'une participation à la vie de la caserne (c'est à dire participation à des RP, à l'entrainement, aux latrines, ...)
4° Exécuté les punitions.

PS : Les missions de bénévolat tel que le travail de Marchand ambulant, escorte personnel, ... ne sont pas considérés comme mission militaire et ne compte donc pas pour une éventuelle promotion.

4. De la composition de l'armée et de l'État Major

État Major

1° Le Lieutenant Général est coopté par son prédécesseur et à seul pouvoir sur le fonctionnement de l'armée.
2° Le Colonel, promut en accord avec l'État Major, fait office de second de l'armée et dirige l'armée durant l'absence d'un Lieutenant Général.
3° Les Lieutenants colonels, promue en accord avec l'État Major, occupent chacun une fonction bien précise au sein de l'armée et des relations avec l'État Major confédéral :

- Lieutenant colonel, officier de communications : Sera chargé d'informé la troupe, sur les ordres en cours, la mission en cours, recueillir les plaintes ou autre réclamation des soldats et de les monté à l'État Major, il peut être seconder par un Commandant.
- Lieutenant colonel, officier de Liaison : Sera chargé de la liaison avec l'État Major confédéral et Berne, de la liaison avec l'avoyerie, ainsi que la liaison avec les autres Armées Cantonales de la Confédération Helvétique, pour d'éventuel coordinatation. Il peut être seconder par un Commandant.
- Lieutenant Colonel, officier disciplinaire : Sera chargé de l'ordre dans la caserne, le respect des pointages, le respect des rapports quotidiens (qui devront cependant être vérifier par le commandant de bataillon), contrôle du postage et du flood (fonction de modérateur, pour éviter tout débordement de sujet ou autre flood en un post inapproprié), s'assurer du respect des ordres donnés et du contrôle des punitions donnés. Il peut être seconder par un Commandant ainsi que par les Commandants de bataillons.

4° les Capitaines, promue sur accord de l'État Major, n'ont pas de fonction précise sur le court terme, ça serait plus un titre honorifique, mais à l'avenir si l'armée reprend des couleurs, on pourrait envisager qu'un Capitaine dirige plusieurs bataillons, je pensais à 2 bataillons.
5° Les Lieutenants, promue sur accord de l'État Major, dirigent chacun un bataillon, secondé par un sous officier.
6° Les Commandants, promue sur demande d'un lieutenant colonel et en accord avec l'État Major, chargé de secondé les lieutenants colonels dans leurs travail. Il peut avoir au maximum un commandant pour un lieutenant colonel.

Bataillons

1° Lieutenant, commandant de bataillon et membre de l'État Major sert à la transmission des ordres, au respect des ordres au sein de son bataillon, et de l'information au sein de son bataillon, ainsi que les contacts par missive avec leurs hommes, il peut déléguer à son second.
2° Sergent, sergent chef, adjudant, adjudant chef, il n'y en a qu'un par bataillon, il a charge de second du bataillon en cas d'absence du Commandant de bataillons, il prend les commandes, il peut aussi se voir déléguer des charges par le commandant de bataillon.
3° Caporal, Caporal chef, hommes de troupes, titre honorifique pour un bon soldat, il peut éventuellement prendre la charge de second, si il n'y a pas de sous officier disponible
4° Les 1ère classes, hommes de rang ayant effectué au moins une mission.
5° Les 2ème classes, hommes de rang n'ayant pas encore effectué de mission au sein de l'armée.

Conseiller militaire

1° Charge de reconnaissance n'ayant pas de fonction au sein de l'armée
2° Il peut se voir demander par le Lieutenant Général, de le soutenir dans la création d'une armée In-Game, bien sure selon leurs disponibilités et si le Lieutenant Général est incapable de créé sa propre armée.
3° Seuls les anciens Lieutenant généraux auront accès à l'EM, les autres conseillers militaires, nommés vétéran, seront nommé à part et auront des droits limités.

5. Création d'une garde civile

Comme nous le savons déjà, la ville est protégé par les conseillers cantonnaux, et les miliciens en l'absence de l'armée cantonale fribourgeoise.

- Une protections supplémentaire, grâce à la mobilisation des civiles.
- Une formation militaire des conseillers de l'avoyerie ainsi que des volontaires civiles.
- Elle serait comme l'armée sous autorité de l'avoyerie.
- Un pointage sera appliqué mais de manières moins fréquentes qu'un soldats de l'armée.
- Dans le RP, la formation militaire pourrait se faire par RP sur le terrain d'entrainement de l'Armée cantonale de Fribourg, ils pourront accéder à la bibliothèque de l'armée.
- Seul l'officier commandant de la garde civile pourrait accéder à l'Etat Major de l'armée.

6. Des archives de l'Armée Cantonale

- Les archives sont ouvertes à tous les soldats de l'armée ainsi qu'a tous les conseillers cantonaux de la ville. Dans un but de formations complémentaires, et d'information sur l'armée.





Saan, Lieutenant général de l'armée cantonale de Fribourg.



Ratifié par le peuple le 18 septembre 1458
Fait à Fribourg, le 19 septembre 1458
Ayiana Saya, avoyère de Fribourg

_________________
Saan de la Tufière

Si es atal es atal.
Fuhji, poudes ; escapa, non
L'inconnue d'un rêve, l'illusion d'une vie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Réforme de l'armée et textes adjoint à la charte.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon Armée Peaux-Vertes!
» Liste d'armée gobelines en 750 points
» L'Armée d'Haïti, Bourreau ou Victime?
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation
» Du code d'éthique de l'Armée Mainoise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armée Cantonale Fribourgeoise :: Porte de la Caserne :: Poste de garde-
Sauter vers: